La Géobiologie au Jardin

Au delà de ce que l'on voit...


Géobiologie au jardin

L'homme d'autrefois, vivait de manière innée en harmonie avec son environnement. Il devait tenir compte des forces de la nature, des matériaux sur place, du relief et des cours d'eau avoisinants pour construire son habitat stratégiquement afin d'assurer son équilibre et sa survie. Plus de deux millénaires avant Jésus-Christ l'empereur

Chinois Kung Yu décréta qu'aucun bâtiment

résidentiel ne serait construit avant qu'un devin ne confirme que le terrain était libre de tout ¨fantôme terrestre¨ (terme défini par la médecine traditionnelle chinoise comme ¨des émanations terrestres invisibles et nocives¨). Malheureusement, l'homme moderne, en plus d'avoir généralement oublié cette sagesse ancienne, s'est créé à son insu un grand nombre de champs électromagnétiques (CEM) émis par les fils et appareils électriques de même que les antennes et appareils sans fil.


Médecins géobiologiques

La biosphère englobe tout ce qui compose l'environnement et soutient la vie. Nous reconnaissons facilement la pluie, le sol, le soleil et le vent. Cependant, notre biosphère est aussi composée de champs géomagnétiques tels les réseaux découverts par les médecins allemands Ernst Harmann et Mandred Curry. Il s'agit de genre de grilles géomagnétiques qui entourent la terre et dont certains croisements sont nocifs, tout comme les perturbations causées par les failles, les eaux souterraines et les cavités.

Hartmann et Curry avaient remarqué que certains emplacements, notamment de lits d'hôpitaux, étaient plus nocifs et même plus mortels que d'autres en raison de perturbations géomagnétiques. La géobiologie, étude des influences environnementales sur les être vivants, sert essentiellement à détecter, corriger, neutraliser ou déplacer les perturbations énergétiques dans le but de promouvoir des lieus sains et harmonieux où habiter. Des appareils électroniques comme le géomagnétomètre et le compteur à scintillation auraient même permis de confirmer certaines découvertes faites par Hartmann et Curry. La géobiologie traite principalement de nuisances provenant des CEM naturels de la terre (géomagnétisme ou ondes magnétiques naturelles et artificielles, de même que de manifestations plus ésotériques comme les ondes de forme, les entités et les mémoires négatives.


Les êtres vivants sont des antennes

Le Corps humain agit comme une antenne. Pour bien fonctionner il doit être en mesure de canaliser les CEM telluriques et cosmiques de façon fluide. C'est lorsque la circulation de l'énergie est perturbée ou amoindrie que le corps risque de développer certaines pathologies.


Les zones perturbées et les végétaux

Avez-vous déjà fait l'observation d'une variation de taille de l'un des végétaux d'une haie, sachant qu'ils ont tous reçus les mêmes soins ? Ou avez-vous déjà remarqué qu'à certains endroits, peu importe ce que vous plantez, rien ne pousse, et que si vous déplacez le plant de quelques pieds, il reprend vie ? Ou encore des arbres d'une forêt bien alignés qui se tordent de façon bizarre et sont penchés comme s'ils voulaient fuir les lieux ?


Plusieurs végétaux, lorsqu'ils sont situés au dessus de perturbations provenant du sous-sol, dépérissent rapidement. Les arbres fruitiers y sont particulièrement vulnérables. Vous les remarquerez souvent tordus ou penchés, présentant des protubérances comme des cancers, des excroissances anormales, des branches tombantes ou noueuses lorsqu'ils sont en contact avec des noeuds géopathogènes, des failles ou cours d'eau souterrains... C'est le cas aussi du cèdre et du fusain qui, dans ces mêmes conditions, jaunissent.



Plantes assainissantes

En revanche, d'autres plantes se développent bien en zones néfastes et permettent même d'assainir ou de restreindent les perturbations. C'est le cas de l'ortie, des ronces, de la belladone, de la datura ainsi que des arbustifs comme le sureau, le buis, le lierre, les groseilliers, les genets, la bruyère ainsi que des haies d'épineux. Les conifères, les saules et les aulnes permettent aussi d'amoindrir des déséquilibres géobiologiques en drainant le sol en profondeur.


Les légumes ont également des caractéristiques et des besoins bien spécifiques. Par exemple, le céleri, les oignons, le concombre, l'artichaut et le maïs présentent une sensibilité particulière et sont affectés par de nombreux problèmes quand ils sont en contact avec les intersections ou noeuds du réseau Hartmann. On a par ailleurs remarqué que la tomate, l'aubergine et la pomme de terre semblent se porter mieux à ces endroits.


Le chats, les abeilles et les serpents sont attirés par les zones géopathogènes, tandis que les autres animaux les évitent naturellement. Pour ce qui est des insectes, ces zones semblent fortement attirer les fourmis, les termites, les guêpes et les cloportes.


L'intervention géobiologiques

Une intervention géobiologiques avant la conception du jardin, ou après pour apporter des correctifs à des problématiques données, peut éviter bien des ennuis et des frais. En cartographiant les lieux, il est possible de détecter à l'avance les zones favorables, neutres et néfastes. Le géobiologue sera par la suite en mesure d'éloigner, de supprimer ou de neutraliser les nuisances présentes sur lesquelles il peut agir. Il pourra aussi corriger l'information provenant de celles sur lesquelles il n'est pas possible d'agir directement en utilisant par exemple des ondes de formes (rayonnement émis par les formes).

Il effectuera l'harmonisation des nuisances géopathogènes en installant des dispositifs éprouvés (dont des tiges plantées comme des aiguilles en acupuncture) sur des points stratégiques et pourra ensuite procéder au nettoyage des énergies plus subtiles (mémoires des lieux), en faisant brûler de la sauge amérindienne accompagnée de rituels, par exemple.


Les avantages

Cartographier l'espace à aménager en utilisant les principes de la géobiologie permettra d'évaluer la tendance et le potentiel énergétique du terrain. Les zones favorables seront les endroits qui rentabiliseront les récoltes. L'introduction du potager, des arbres fruitiers et des aménagements ornementaux se fera idéalement dans ces espaces. Il sera aussi évidemment essentiel de suivre les règles de base du jardinage, comme la zone de rusticité, la luminosité, la fertilitédu sol, l'humidité et le pH. Une démarche aussi complète permettra d'éviter l'utilisation d'intrants chimiques destructeurs de vie. Les espaces de loisirs, de repos et de ressourcements seront implantés en zone neutres et les stationnements, abris et voies d'accès en zones défavorables.


Pour en savoir plus sur la géobiologie, contactez Benoit Tramblay, École de la Terre


Source: La Maison du 21e siècle par Caroline Bouchard

Source: École de la Terre




2018 par Caroline Lili / 450.204.5663

  • Facebook - Gris Cercle